Les erreurs fréquentes

Nous allons parcourir dans cette section des erreurs tres fréquentes qui finissent par couter cher a la longue aux joueurs qui les commettent. Si vous démarrez dans le poker et avez du mal a gagner, alors lisez cette liste avec attention car il y a de grandes chances pour que votre manque de reussite proviennent d’une ou plusieurs de ces erreurs.

1. Bluffer les joueurs faibles

Une erreur de base est de tenter un bluff sur des joueurs qui ne peuvent tout simplement pas etre bluffés, non pas parce qu’ils sont tres bons, mais justement parce qu’ils ne maitrisent pas du tout le jeu et n’hésites pas a envoyer les jetons dans tous les sens des qu’ils touchent la moindre paire ou le moindre tirage sur le flop. Ces joueurs n’ont jamais entendu parler de pot odds et n’ont aucune idée de la profitabilité long-terme des coups qu’ils tentent. La plupart d’entre eux se trouvent évidemment dans les plus petites limites, mais il arrive d’en trouver a tous les niveaux du fait que certaines personnes gagnent tres bien leur vie et acceptent de mettre plusieurs milliers de dollars en jeu sur des parties de poker sans vraiment savoir ce qu’ils font, misant tout sur le facteur chance. Apres tout, des gens dépensent des fortunes au casino, alors pourquoi pas au poker?

Ils représentent ce que l’on appelle les “fish” en anglais, ce sont les joueurs contre lesquels vous voulez vous mesurer. Mais quand vous vous trouvez face a ce type d’adversaire, vous devez absolument laisser de coté toutes les stratégies avancées qui sont tres utiles contre des joueurs de niveau supérieur, et jouer dans un style que l’on nomme “ABC Poker”. En somme, il suffit d’attendre sagement des grosses mains et se coucher ou voir des flops pas chers le reste du temps. Ceci n’est pas le mode de jeu le plus “amusant” et réclame beaucoup de discipline, raison pour laquelle certains joueurs qui ne voient aucune bonne main arriver finissent par trouver l’opportunité de tenter un bluff qui, meme s’il est bien réalisé, n’a quasiment aucune chance de marcher contre ce type d’adversaire.

La plupart des joueurs des petites limites en cash game tombent dans cette catégorie, et je suis absolument convaincu qu’un joueur débutant qui sait faire preuve de patience pour attendre les grosses mains, tout en voyant quelques flops pas chers de temps a autre, possede toutes les qualités nécessaires pour gagner sur le long-terme a ces niveaux.

2. Jouer des mains sans tenir compte de la position

Cette notion a déja été couverte dans la section sur l’importance de la position, mais il est plus que nécessaire de la rappeller dans cette liste, qui ne serait pas complete si cette erreur trop souvent sous-estimée n’y figurait pas. Vous remarquerez que dans les limites les plus faibles, la plupart des joueurs ont tendance a miser et a relancer aggressivement toutes les mains qui contiennent un as, comme s’ils possedaient un monstre. Prenons les mains suivantes:

Ces mains sont de parfaits exemples du pouvoir de la position au NL Texas Hold’em. En effet, sur une table de cash game ou tournoi en full ring (9 joueurs), leur valeur va fluctuer énormément en fonction de l’endroit ou vous vous situez par rapport au bouton.

>>> En “late position”, principalement sur le bouton ou le cut-off, ce sont des mains a relancer sans compter si personne avant vous ne s’est montré aggressif. Dans le cas ou certains joueurs choisissent de limper, c’est peut-etre meme une bonne occasion de tenter un squeeze. Les probabilités pour que l’une des blindes se réveille avec une grosse main sont faibles, et si cela devait se produire vous auriez l’avantage énorme d’etre dernier de parole a tous les tours de mise, donc plus de controle sur le pot et de facilité a deviner la force de la main adverse. Dans la plupart des cas, vous volerez tout simplement les blindes, ce qui est évidemment un résultat tres satisfaisant.

>>> En “early position”, principalement “under the gun”, jouer ces mains peut etre fatal. En effet, vous n’avez aucune idée de ce que les autres joueurs possedent dans leur main et les probabilités pour que l’un d’entre eux se réveille avec une main plus forte que la votre sont loin d’etre faibles. Si un adversaire decide de vous relancer, que faites-vous? Vous vous couchez. Pourquoi? Avec une main comme A10 par exemple, les mains du style As-valet, As-dame, As-roi, paire de valets, paire de dames, paire de rois et paire d’as vous dominent totalement. Vous n’etes meme pas favori contre des paires plus faibles, et il est fort peu probable que l’on vous relance avec beaucoup d’autres mains que celles qui viennent d’etre citées. En d’autres termes, le nombre de mains que vous devriez jouer en “early position” est extremement limité: as-roi, paire d’as, paire de rois, paire de dames, éventuellement paire de valets et as-dame. Evidemment, les joueurs plus expérimentés se servent de la force que représente une mise “under the gun” pour faire croire a leurs adversaires qu’ils possedent une main forte, mais cette pratique est réservée aux joueurs d’expérience qui savent identifier le niveau de jeu de la table. En effet, il est rare dans les petites limites que les joueurs vous mettent sur une main énorme simplement parce que vous montrez de l’aggressivité en “early position”.

3. Ne pas avoir de regles strictes pour gérer sa bankroll

Voici l’une des erreurs les plus fréquentes commise par un nombre tres important de joueurs a tous les niveaux. Contrairement aux autres erreurs décrites dans cette section qui sont en général résolues avec l’expérience, il existe de nombreux joueurs meme professionnels qui n’arrivent pas a respecter les regles de gestion d’une bankroll. Quelle que soit votre qualité de jeu, vous n’échapperez pas a ce que l’on appelle la “variance”, et si vous n’avez pas de plan prédéfini pour éviter les périodes de creux ou les bad beats sont fréquents, vous finirez par perdre la totalité de votre bankroll.

Il existe plusieurs stratégies de gestion de bankroll adaptés au niveau de risque que vous etes pret a prendre, toutes décrites dans la rubrique “Protéger sa bankroll“.

4. Ne pas s’avoir s’arreter en situation de “tilt”

Cette erreur tres courante a détruit beaucoup de bankrolls, et continuera sans aucun doute a en détruire aussi longtemps que le poker existera. Jouer en état d’énervement, le plus souvent apres avoir encaissé un ou plusieurs bad beats, se rapproche un peu du dilemme que rencontrent les amateurs de tabac: on sait tous que ca ne peut que nous nuire sur le long-terme, mais il est tres difficile de s’en empecher.

La nature humaine pousse les joueurs victimes de bad beats, ou tout simplement perdants, a accélérer la cadence pour essayer de se “refaire” le plus rapidement possible. Meme les plus expérimentés peuvent etre victimes de ce phénomene et réduire considérablement leur niveau de jeu en misant tous les tirages sans prendre en compte les pot odds pour tenter de revenir a niveau au plus vite dans une partie ou rien ne semble aller pour le mieux. Des semaines voire des mois de création de bankroll peuvent partir en fumée en l’espace de quelques heures lorsqu’un joueur tombe dans cet engrenage.

Si vous voulez réussir sur le long-terme, vous devez impérativement reconnaitre la limite a partir de laquelle votre état émotionnel influe négativement sur la qualité de vos prises de décision, et arreter de jouer immédiatement lorsque cela se produit. Pour certains joueurs, il suffit de quelques minutes pour reprendre controle, pour d’autre il faut plusieurs heures ou plusieurs jours. Quelle que soit la durée de cette pause, vous pouvez etre certains qu’elle sera favorable a votre bankroll.


Tags: , , , , , , , , , ,
Commentaires
Ecrire un commentaire »
Nom
Adresse email (non dévoilée, utilisée seulement pour afficher votre avatar)
Commentaire
Vous voulez un avatar à côté de votre commentaire?
Inscrivez-vous sur Gravatar et mettez votre avatar en ligne gratuitement! (ouvre une nouvelle fenêtre)